A cause de la crise sanitaire liée au Covid-19, l’Institut ainsi que le salon thé sont fermés jusqu’à nouvel ordre.

CONFERENCE

Une histoire des sciences dans le monde arabo-musulman : comment dépasser les clichés ?

Accueil > Evénements > Une histoire des sciences dans le monde arabo-musulman : comment dépasser les clichés ?

Caractéristiques

ddp-et-icon|et-icon-stop-alt|

Public

Tout public

ddp-et-icon|et-icon-group|

Nombre limite de participants

250 personnes

ddp-et-icon|et-icon-clock|

Date et Horaires

Pour raisons de santé impérieuses, la conférence est reportée

le jeudi 13 février de 18h30 à 20h30

ddp-et-icon|et-icon-pin|

Lieu

Amphithéâtre de l’IFCM, 146 Boulevard Pinel, 69008 Lyon

0,00

Conférence gratuite

Inscrivez-vous dès maintenant.

217 places disponibles

Inscrivez vous dès maintenant pour participer à la conférence

217 places disponibles

Présentation

“faire connaitre des travaux de recherche académiques approfondis qui déconstruisent les clichés”

L’histoire s’avère être, de nos jours, l’une des armes les plus redoutables d’une prétendue « guerre des civilisations », qui se nourrit de crispations identitaires et de visions binaires par lesquelles on glorifie ses propres ancêtres et on rabaisse ceux de ses adversaires.

Dans ce contexte, l’histoire des sciences souffre encore de nombreux raccourcis et clichés, répandus à la fois dans le milieu universitaire et dans nos imaginaires, en « Occident » comme en « Terre d’Islam ». L’objectif de cette conférence sera de faire connaitre des travaux de recherche académique approfondis qui déconstruisent ces clichés. En particulier, le « lieu commun » qui accuse Al-Ghazali (mort en 1111) d’avoir donné un coup fatal à la pensée scientifique est contredit par l’essor scientifique qui se produisit après lui, essor que l’historien des sciences Georges Saliba qualifie de véritable âge d’or de la science arabo-musulmane.

On découvrira ainsi que l’Europe et le monde arabo-musulman étaient à un niveau scientifique similaire au 16ème siècle, et que Copernic fut le dernier maillon de l’astronomie arabo-musulmane.

Nous tenterons aussi de relativiser la vision du rapport conflictuel entre science et religion, lu selon une grille réductrice. Restaurer la continuité et les fécondations mutuelles, à la fois entre différentes aires géographiques et divers domaines de la pensée, serait thérapeutique à plus d’un titre.

Inscrivez vous dès maintenant pour participer à la conférence

217 places disponibles

Poser une question sur le concert

Une histoire des sciences dans le monde arabo-musulman : comment dépasser les clichés ?

12 + 6 =

Q

Votre demande

Q

Les données sont uniquement utilisées pour vous répondre !

Pin It on Pinterest